Violence conjugale: Des chiffres alarmants

Violence conjugale: Des chiffres alarmants

Plus de 85% des femmes prises en charge dans les Centres d’hébergement des femmes victimes de violence en Tunisie, ont subi des violences conjugales. La plupart de ces femmes demeurent dans le déni du cycle de violence qui commence toujours par « un peu … beaucoup … passionnément … à la folie ». Cette spirale vicieuse est l’un des aspects les plus désastreux de la violence, autant pour les femmes que pour les enfants. L’article 224 (bis) de la loi 58-2017 relative à l’élimination de la violence faite aux femmes stipule que toute personne qui commet contre son conjoint une agression répétée susceptible de porter atteinte à sa dignité, ou sa considération ou d’altérer sa sécurité physique ou psychologique par usage de paroles, signaux et actes, est punie de 6 mois à 1 an d’emprisonnement et d’une amende de mille dinars. La même peine est encourue, si les actes sont commis à l’encontre de l’un des ex-conjoints, fiancés ou ex-fiancés et si la relation entre l'auteur et la victime est le seul motif d’agression.

Dans le cadre du projet:

Renforcement organisationnel d’AFTURD et vulgarisation de la loi intégrale contre la violence à l’égard des femmes

Ce projet est réalisé en partenariat avec OPEN SOCIETY FOUNDATIONS. Il vise à travailler sur la vulgarisation de la loi organique relative à l’élimination de la violence à l’égard des femmes et sur la sensibilisation du grand public au problème des VBG (violence basé sur le genre). Ce projet se base sur l’implication des associations locales afin de contribuer au changement de la perception des Tunisiennes et des Tunisiens sur la question des VBG, ainsi que le changement des comportements de manière à éviter la banalisation de la violence faite aux femmes.

Voir plus

0 Commentaires

Ajouter un commentaire