Campagne des 16 jours d'activisme contre la violence faite aux femmes et aux enfants

Campagne des 16 jours d'activisme contre la violence faite aux femmes et aux enfants

L'Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement a mené la campagne des 16 jours d'activisme contre la violence faite aux femmes et aux enfants, et ce, du 25 novembre au 10 décembre 2018. La date du début de la campagne correspond à la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Le 10 décembre, date de la clôture de la campagne, coïncide avec la Journée internationale des droits de l'Homme. Les 16 jours d'activisme étaient axés sur la vulgarisation de la loi intégrale 58-2017 relative à l’élimination de la violence faite aux femmes et de sensibiliser l’opinion publique contre les différents types de violence. Rappelons que cette loi a été adoptée en Tunisie, le 11 août 2017, et mise en vigueur le 1er février 2018. Plus d’une trentaine d’activités ont été programmées dans les régions du Nord-ouest : Kef, Siliana et Jendouba et dans deux quartiers du Grand Tunis : Ettadhamen et Kabbaria. Ces activités ont été organisées sur le terrain en partenariat avec 7 associations-relais à savoir : GAM- Kabaria (Génération Anti-marginalisation), Cherekna- Ettadhamen, Femmes de Tabarka, ADEJE-Jendouba, ATSR-KEF, Hrayer el KEF et Maktheris News. Le programme a, entre autres compris, des ateliers de dessin, de théâtre et de cinéma pour les jeunes, ainsi que des activités dans les espaces publics et les universités. Il a également été enrichi par des activités destinées à la vulgarisation de la loi 58-2017 auprès des jeunes et des femmes ainsi des prisonnières de la prison civile du Kef.

Dans le cadre du projet:

Renforcement organisationnel d’AFTURD et vulgarisation de la loi intégrale contre la violence à l’égard des femmes

Ce projet est réalisé en partenariat avec OPEN SOCIETY FOUNDATIONS. Il vise à travailler sur la vulgarisation de la loi organique relative à l’élimination de la violence à l’égard des femmes et sur la sensibilisation du grand public au problème des VBG (violence basé sur le genre). Ce projet se base sur l’implication des associations locales afin de contribuer au changement de la perception des Tunisiennes et des Tunisiens sur la question des VBG, ainsi que le changement des comportements de manière à éviter la banalisation de la violence faite aux femmes.

Voir plus

0 Commentaires

Ajouter un commentaire