L'Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement participe à la conférence annuelle de la Ligue des Instances Publiques et Indépendantes

L'Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement participe à la conférence annuelle de la Ligue des Instances Publiques et Indépendantes

L'Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement, représentée par Mme Nejma Aouadi et Mme Dorra Mahfoudh, a participé à la conférence annuelle de la Ligue des Instances Publiques et Indépendantes, tenue du 30 novembre au 2 décembre 2018. Cette conférence visait à mettre en place un partenariat stratégique entre les Instances publiques indépendantes et les composantes de la société civile. L'événement a réuni les représentants des associations, dont l'AFTURD, à côté des Instances publiques indépendantes qui sont: le Comité Supérieur des Droits de l'Homme et des Libertés Fondamentales, l'Instance Nationale de Protection des Données Personnelles (INPDP), l'Instance Nationale de Lutte contre la Corruption (INLUCC), la Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA), l'Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE), l'Instance Nationale de Prévention de la Torture (INPT), l'Instance Nationale de l'Accès à l'Information (INAI) et l'Instance Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (INLTP). Des ateliers ont été organisés en marge de la conférence et ont abouti à l'élaboration d'une liste de recommandations, qui constituent le pilier du partenariat entre les Instances publiques et indépendantes et les Associations. L’un des ateliers, programmés en marge de la conférence, a été consacré à la présentation de l’INLTP, par sa présidente Mme Raoudha Labidi. Mme Nejma Aouadi, membre du Bureau directeur de l’AFTURD, a mis en valeur, lors de cet atelier, les efforts déployés par l’Association, notamment dans l’activité du 8 mars dernier qui portait sur les travailleuses domestiques. Elle a également évoqué l’étude réalisée par l’AFTURD dans ce contexte et a proposé une collaboration avec l’INLTP dans la réalisation d’études sur la traite des personnes. Les principales recommandations élaborées lors de cette conférence sont: -La mise en place d’un plan d’action commun avec la société civile -La création d’une base de données -La promotion du rôle d’ajustement des Instances -La collaboration des Instances avec les parties de tutelle pour l’encadrement -La création d’un site web pour permettre aux composantes de la société civile de s’inscrire -La planification pour la création d’un Conseil national des associations, sur la base des élections -L’élaboration d’un rapport annuel des travaux et activités des Instances -La numérisation des administrations -L’organisation de sessions de formation au profit de la société civile -La signature de partenariats bilatéraux avec la société civile -La participation périodique et régulière de la société civile pour bénéficier de diverses expériences.

0 Commentaires

Ajouter un commentaire